Forum [REM] : La communauté

Bienvenue sur le forum officiel de la [REM] soldat !

La [REM] est désormais ré-ouverte au recrutement !

Rejoignez-nous en vous inscrivant ici.



Afin de ne pas rater la newsletter de notre forum, veuillez ajouter l'adresse mail de notre administrateur fr_Jagdmeister à votre liste de contact :
fr.jagermeister@gmail.com .

Forum [REM] : La communauté

REMEMBER WORLD WAR II : le devoir de mémoire et de reconstitution historique

Suite au passage à la nouvelle version phpBB "Invision" du forum, il se peut que quelques bugs d'affichage subsistent. Merci de les signaler en cliquant sur ce lien ! Bien à vous, fr_Jagdmeister
La communauté [REM] vous souhaite la bienvenue sur son forum ! :D
La XXIXe reconstitution de batailles historiques [REM] organisée par Thibautc se tiendra les soirs du week-end du samedi 1er et dimanche 2 avril à 20h : [Edition Spéciale - Kharkov 1943] (2/2) "Comme une revanche - La contre-attaque du SS-Panzerkorps !" (10-15 Mars 1943)
« Les sanglots longs des violons de l'automne, blessent mon coeur d'une langueur monotone... »
Google translator shortcut

Les posteurs les plus actifs de la semaine

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Lebougnat


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 34 le Dim 1 Nov - 6:04

Derniers sujets

Août 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Actuellement sur Mumble


Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Partagez
avatar
Atr45
Membre [REM]
Membre [REM]

Nombre d'obus tirés : 255
Date d'inscription : 09/03/2015
Localisation : En train de somnoler sous l'aile d'un Tempest

Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par Atr45 le Jeu 12 Mar - 21:02

Contexte géographique :

La péninsule de Westerplatte, situé à l'embouchure de la Vistule, est une petite presqu'ile, en grande partie boisée. Elle est séparée de la ville de Dantzig (Gdansk en polonais) par un bras de la Vistule, nommé "la Vistule Morte " (
Martwa Wisla en polonais)

Avant la guerre, une garnison de 182 soldats y fut installé, et leur tâche principale consistait à garantir l'accès du bras de la Vistule à proximité.



Spoiler:
" />




Contexte politique :

En mars 1939, lorsqu’Hitler fit part de ses exigences à la Pologne, la garnison, commandée par Henryk Sucharski, et son adjoint le capitaine Franciszek Dąbrowski, fut mise en état d'alerte. Des préparatifs de défense furent organisés à la hâte, et la garnison construisit une série de fortifications incluant quelques tranchées qui défendaient l'accès terrestre de la presqu'ile, ainsi que le renforcement des bâtiments existant. Bien que nécessaires, ces défenses furent considérés comme insuffisantes tant par les allemands, qui s'attendait à une attaque facile, que par l'EM de l'armée Polonaise, qui ne tablait que sur une résistante de 12h de la garnison.




Magasin de munition (état actuel):



Dispositif Allemand :

Les Allemands disposaient d'une puissante force, destinée à envahir la garnison, puis à prendre le dépôt de munition polonais, situé à l'intérieur de Gdansk. Le Général de police Friedrich Eberhardt disposait, pour cet assaut, de 1 500 soldats d'élite des Waffen SS "Heimwehr", de 225 fusiliers marins, mais surtout de l'appui de la Luftwaffe et des canons du croiseur de bataille SMS Schleswig-Holstein. Le contre-amiral Gustav Kleikamp, commandant de la force navale, avait également sous ses ordres les 225 fusiliers marins, ainsi que deux vedettes lance-torpille T-196 et T-9637.


L’armée allemande ne connaissait pas précisément la disposition des différents postes défensifs de l’armée polonaise, et le commandant estimait que le bombardement naval prévu serait suffisant pour défaire toutes les fortifications polonaises.



Équipement allemand :



L’équipement de l’armée était relativement classique pour l’époque. On retrouve ainsi la présence du fameux Mauser 98K, qui sera utilisé pendant toute la campagne de Pologne
SMS Schleswig-Holstein après modernisation:






[size=16][font=Times New Roman] [/font][/size][color=#000000]Drapeau de la division SS « Heimwehr », intégré après la tristement célèbre 33[sup]ème[/sup][/color][color=#000000] division SS Todenkopf[/color][size=16][font=Times New Roman]:
[/font][/size]




Junkers 87 Stuka, utilisé par la Luftwaffe:
Fusil mauser 98k, utilisé par l’armée allemande:


Dispositif polonais

La garnison polonaise était relativement modeste, comparé au dispositif allemand. Le commandant Henryk Sucharski disposait d’une garnison de 182 soldats et de 7 canons. A cette force militaire se sont ajoutés 7 à 27 civils armés, constituant une réserve opérationnels et recrutés à la hâte par le commandant après la déclaration de guerre.
La presqu’ile de Westerplatte servait comme dépôt de munition, et était donc très faiblement fortifiée. Elle était séparée de la ville de Gdansk ainsi que des maisons environnant par un mur de brique, d’environ deux mètres de haut. Il n’y avait pas de réels bunker ni de tunnels permettant une défense prolongée. Le système de défense polonais était constitué de cinq maisons forestières disséminées à travers la forêt, ainsi qu’un grand baraquement aménagé pour la défense. Le système était complété par des défenses de campagne, regroupant tranchées et barbelés. Malgré la construction hâtive de système de défense, la position était jugée presque intenable par les Polonais, et facilement prenable par les Allemands.

Equipement polonais :

La garnison polonaise possédait un équipement disparate, même si relativement récent par rapport à l’équipement allemand. L’armement polonais comprenait :

Deux Canons antichar wz36 de 37mm, et 400 obus.

Canons antichar wz36 de 37mm:



Deux canons de 75mm wz. 1902/26 et 330 obus basé sur le très célèbre canon de 75 modèle 1897 français.

Canon wz. 1902/26:


Canon français de 75 modèle 1897:



L’armement du fantassin polonais n’était pas très différent du fantassin allemand, et comprenait entre autre le fusil wz 98, copie du Mauser 98k allemand, ou encore le fusil wz29, copie du Mosin-Nagant 91.La garnison était équipé de 160 fusils Mauser ou Mosin-Nagant et de 45 000 balles.

Fusil wz29, copie du Mozin-Nagant 91.:



L’armement comprenait également 41 fusils mitrailleurs, probablement des BAR Browning américain m1917, construit sous le nom Browning wz 1928 acheté sous licence à la Belgique, ou des mitrailleuses française Hotchkiss Mdle 1914 et 130 000 balles.

Browning wz 1928:






Enfin, l’armement était complété par 40 pistolets wz.35 Vis, et environ 1000 grenades.




pistolet wz.35 Vis:



Déroulement de la bataille :




1er septembre 1939 :

Plan de bataille le 1er septembre 1939:


Le premier septembre 1939 à 4h48, le croiseur Schleswig-Holstein, alors officiellement en visite de courtoisie et mouillant à environ 150m des premières fortifications, ouvre le feu sur la garnison et les bunkers construits. Ce seront les premiers tirs d'un conflit qui va durer six ans et embraser le monde entier. Sucharski envoyait alors un message radio, qui sera le premier message de guerre » SOS, nous sommes attaqués » Huit minutes plus tard, les Waffen SS ainsi que les fusiliers marins montent à l'assaut en trois pelotons distinct. Leur progression est vite stoppée par la garnison polonaise, et les différents nids de mitrailleuses allemands installés pour couvrir les troupes d'assaut sont neutralisés au mortier. En parallèle, quelques soldats du génie allemand font sauter la porte principale de la presqu’ile, et espèrent une victoire facile. Les polonais durent se retirer des postes avancées « Prom » et « Wal ».

Cependant, après avoir franchi le mur de brique détruit par le barrage d’artillerie, les forces allemandes tombèrent sur une embuscade polonaise bien préparée, et les soldats allemands se retrouvèrent sous le tir croisé de plusieurs postes polonais.


A 6h22, soit environ deux heures après le début de l'attaque, les troupes allemandes battent en retraite. Les allemands avaient perdu 50 hommes, alors que seulement 8 soldats polonais furent mis hors de combat, dont le sergent Wojciech Najsarek, le premier soldat tué de la guerre.

 

A 8h55, une seconde vague fut lancé, mais celle-ci rencontra une solide défense polonaise, avec entre autre des champs de mine et des barricades faites d’arbres abattus et de barbelés.



À midi, les combats reprirent, après un intense bombardement naval, mais subissant d'énormes pertes, les SS rebroussèrent chemin. Une heure plus tard, sous les échanges de coups de feu, Henningsen fut tué et les Allemands se replièrent.



Le cuirassé Allemand bombardant les positions polonaises.:



En parallèle, la police de Dantzig tenta de percer les lignes polonaises et de s'emparer du port, mais des civils armés réussirent à les stopper. À 9h, les commandos de marine, sous les ordres de l'Oberleutnant Henningsen, retentèrent un assaut avec l'aide d'environ 50 soldats des Waffen SS. À midi, les combats se poursuivaient mais subissant d'énormes pertes, les SS rebroussèrent chemin. Une heure plus tard, sous les échanges de coups de feu, Henningsen fut tué et les Allemands se replièrent. Les combats avaient coûté la vie à 16 soldats allemands, et 120 furent blessés. La garnison polonaise eut un mort et sept blessés, dont trois moururent peu après, dont deux après leur capture par l’armée allemande L'assaut avait échoué, Westerplatte tenait encore.


2 et 3 septembre 1939


La résistance inattendue de la garnison polonaise contrecarra fortement les plans d’Eberhardt. Ce dernier, estimant l’assaut terrestre impossible dans les conditions données, réussi à convaincre le Generaloberst Fedor Von Bock de lancer un assaut aérien. Ce dernier fut lancé par les stukas des II et III Gruppe StG2 Immelmann. En deux vagues, 60 Junkers Stuka larguent 26.5 tonnes de bombes, détruisant plusieurs mortiers polonais, et touchant le poste de garde n°5 et tuant huit soldats supplémentaire. Le bombardement aérien fut complété par un bombardement naval, et terrestre, avec notamment le tir d’un obusier de 210mm, transformant le paysage de Westerplatte en un champ de bataille semblable à ceux de la Première Guerre Mondiale.

Les bombardements combinés couvrirent la péninsule de Westerplatte d’un épais nuage de fumée, détruisant la seule radio de la garnison polonaise, et la majorité des réserves de nourriture et d’eau polonaise. Les observateurs allemands estimaient que pas un soldat ne pouvait échapper à un tel bombardement.


3 et 4 septembre 1939


Dans la nuit du 3 au 4 septembre 1939, les allemands tentèrent plusieurs autres assauts qui furent tous repoussés. Le 4 septembre, la vedette lance torpille T-196 lance une attaque surprise depuis l’est, et oblige la garnison à abandonner définitivement l’avant-poste « Wal ». Seul l’avant-poste « Fort » pouvait à présent s’opposer à une attaque depuis le port et le cuirassé.


5 septembre 1939 :


Le 5 septembre 1939, le commandant Sucharski tient un conseil de guerre, en considérant l’éventualité d’une reddition, estimant que la garnison ne pourrait tenir que quelques heures. Cependant, le capitaine Franciszek Dabrowski s’opposa à sa décision, et pris lui-même brièvement le commandement de la garnison. Constatant la détermination des soldats, le commandant Sucharski renonça à son idée de reddition.


Les Allemands ignoraient la volonté de reddition du commandant Sucharski, et considéraient chaque jour de résistance comme une humiliation. Cependant, un soldat polonais travaillant pour les allemands fit remarquer que la garnison ne possédait pas de bunker permettant une défense en profondeur.


6 Septembre 1939


Suite aux révélations faites la veille par le soldat polonais, les allemands se préparèrent à renouveler leur assaut. Ils chargèrent un train avec des explosifs et différents dispositifs incendiaires, et le précipitèrent vers le portail principal. Cependant, cet assaut échoua, lorsque le conducteur découpla trop tôt les wagons de la machine. Le plan allemand, visant à mettre le feu aux citernes de pétrole, et par la même occasion, d’incendier la forêt qui permettait une défense très efficace des soldats polonais, fut contrarié. Quelques heures plus tard, un second train fut lancé mais échoua également. En revanche, les soldats allemands, éclairés par les flammes issues des wagons, offraient des cibles de choix pour les soldats polonais, et les allemands subirent de lourdes pertes.


Nuit du 6 au 7 septembre 1939


Alors que la radio Polonaise proclamait que « Westerplatte résiste encore », un second conseil de guerre fut convoqué par le commandant Sucharski. L’armée Allemande était à présent aux portes de Varsovie, les munitions manquaient et de nombreux blessés souffraient de gangrène. Une capitulation semblait inévitable pour le commandant Sucharski. Cependant, aucune décision de reddition ne fut prise, et le commandant décida de tenir jusqu’au bout








7 Septembre 1939 et reddition de la garnison








A 4h30 le 7 septembre, l’armée allemande effectua un intense tir d’artillerie sur la presqu’ile de Westerplatte, qui dura jusqu’à 7h. Le poste avancée 2 fut détruit par des lance-flammes, et les postes 1 et 4 furent fortement endommagés. A 9h45, après une semaine de résistance, un drapeau blanc apparut au-dessus de Westerplatte. La garnison polonaise, sans munitions, sans médicaments ni vivre, se rendait. Les allemands furent fortement impressionnés par l’acharnement polonais, et le Capitaine Sucharski fut autorisé à conserver son sabre en captivité (il fut avéré cependant que ce sabre fut confisqué bien après). A 11h30 L’armée allemande rendit les honneurs de guerre aux résistants polonais, et les blessés furent pris en charge par les médecins allemands.

Cependant, au même moment, l’opérateur radio Kazimierz Rasinski fut exécuté par les SS allemands, après un interrogatoire ponctué de torture, car il refusait de donner les codes radios polonais à l’armée allemande.


Pertes allemandes :


Les pertes allemandes ne sont pas connues avec exactitude, la propagande ayant tendance à minimiser ces dernières. En revanche, on considère que 200 à 300 soldats furent tués ou blessés durant l’assaut. 3 400 soldats au total furent engagés dans la prise de la presqu’ile.


Pertes polonaises :


Les pertes polonaises furent relativement faible, comparé aux pertes allemandes. La garnison eut entre 15 et 20 tués, et 53 soldats furent blessés.



Conséquence :

Les prouesses du commandant Sucharski lors de sa résistance à Westerplatte retardèrent pour une courte durée l'occupation allemande de l'étroite bande côtière polonaise, mais suffisamment pour sauver la marine polonaise. Cette dernière put rejoindre l’Angleterre, et pu continuer la lutte.


Controverse :


De nombreuses controverses subsistent encore. Ainsi, durant l’année 1940, une tombe commune contenant cinq corps non identifié de soldats polonais fut découverte, et sa présence reste inexplicable. Deux hypothèses restent cependant probables. La première est que les soldats furent exécutés par le commandant polonais pour désertion. La seconde est l’exécution de ses soldats de manière sommaire par les SS allemands.


Huit prisonniers polonais subirent des tortures, et aucun d’eux ne survit à la guerre.


Peu après la guerre, une controverse nait concernant le commandant Henryk Sucharski. Ce dernier survécut à la guerre et fut promu Général de Brigade à la fin de la guerre. Il reçut la plus haute distinction militaire polonaise, l’ordre de Virtuti Militari et mourut en 1946. Sa participation à la bataille est remise en question par certains, et plusieurs historiens et ancien officiers attribuent la défense au Capitaine Dambrowski.


Postérité :


Du point de vue allemand, la première attaque du 1er septembre devait suffire à mettre à bas la garnison de Westerplatte. Elle-même était jugée apte à résister à une attaque ennemie pendant douze heures maximum par l'état-major polonais. La garnison résista pendant plus d'une semaine face aux attaques incessantes des SS et aux bombardements navals et aériens.


Cette bataille eut un retentissement impressionnant en Pologne, et constitua une grande humiliation pour les Allemands. Cette volonté de résistance et d'acharnement à ne pas laisser Westerplatte tomber entre les mains de l'ennemi provoqua chez les Allemands une certaine admiration envers les soldats polonais. L'amiral Kleikamp avait manifesté cette admiration en rendant lui-même son sabre au commandant polonais. Ce dernier, qui a survécu à la guerre, fut promu général de brigade pour avoir défendu courageusement Westerplatte.

La bataille de Westerplatte fut considérée comme une Thermopyles Polonaise, et de nombreuses unités combattantes, navires, rues, écoles ou bâtiments publics furent nommés d’après la presqu’ile. Plusieurs films et chansons furent écrits en hommage à la défense désespérée des Polonais.


Un monument aux morts fut également érigé par la suite, et est encore visible aujourd’hui


Monument au mort de Westerplatte (Etat actuel):


Dernière édition par Atr45 le Mar 9 Aoû - 15:07, édité 4 fois
avatar
MrSuicideBunny
Officier [REM]
Officier [REM]

Nombre d'obus tirés : 567
Date d'inscription : 27/05/2014
Age : 19
Localisation : Sous l'aile de mon 109, me reposant...

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par MrSuicideBunny le Ven 13 Mar - 7:15

Eh beh ! Super interressant ! Je connaissais l'histoire mais là ça apporte vraiment pas mal de détails ! Beau travail et belle initiative !
J'espère que je te spoil pas mais j'espère que tu parlera du premier engagement d'un blindé, à savoir quelques Steyr ADGZ, à Gdansk aussi ce jour là ! Il existe(rais) d'ailleurs une vidéo (Filmée hors combat ? Je sais pas trop...)


________________________________________________________________________________


"L'objet de la guerre n'est pas de faire mourir les lapins pour son pays, mais de faire en sorte que les salauds de lapins d'en face meurent pour le leur !..."

George S. Patton
avatar
novi62_fils
Officier [REM]
Officier [REM]

Nombre d'obus tirés : 767
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Pas-de-Calais

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par novi62_fils le Ven 13 Mar - 18:50

Article EXTRÊMEMENT intéressant !
J'encourage !
avatar
destroy500
Officier [REM]
Officier [REM]

Nombre d'obus tirés : 371
Date d'inscription : 02/11/2013
Age : 27
Localisation : BELGIQUE, fort Eben Emael

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par destroy500 le Sam 14 Mar - 11:09

petit article mais intéressant


________________________________________________________________________________


"l'Histoire est peut-être écrite par les Vainqueurs,
mais
Elle est avant tout vécue par les Humain(ne)s"
avatar
Sokolov
Fondateur et administrateur [REM]
Fondateur et administrateur [REM]

Nombre d'obus tirés : 841
Date d'inscription : 07/12/2013
Age : 26
Localisation : Région de Paris, France

Jeu vidéo préféré : War Thunder

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par Sokolov le Sam 14 Mar - 11:46

Petit article, lol, il s'est donné du mal ^^
Bien joué, très sympa!


________________________________________________________________________________



- [REM] Sokolov -
Bureau de commandement, membre fondateur
 _ _ _
avatar
Atr45
Membre [REM]
Membre [REM]

Nombre d'obus tirés : 255
Date d'inscription : 09/03/2015
Localisation : En train de somnoler sous l'aile d'un Tempest

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par Atr45 le Mar 7 Avr - 18:05

Désolé de l'absence. J'ai eut quelques problèmes IRL (notamment un bisou un peu fort entre le pare choc de ma voiture et le feu avant d'un monospace sur l'autoroute, que je vais sentir passer niveau financier.. ), Avant tout, quelques précisions historiques concernant la partie précédemment écrite:

Le Premier Septembre 1939, lors du début de l'offensive allemande sur Westerplatte, l'armement défensif de la garnison polonaise se composait des éléments suivants:

1) deux canons de 75mm wz. 1902/26 et 330 obus

image:



2) deux canons antichar wz36 de 37mm, et 400 obus

Image:


3) quatre mortiers wz. 18/31 Stockes-Brandt de calibre 81mm et 860 obus

4) 41 fusil mitrailleurs et 130 000 balles (de fusil, pas d'argent :P ), 160 fusils d'ordonnance et 45 000 balles, 40 pistolets, environ 1000 grenades.

toutes mes excuses pour les photos, mais il me semble avoir un petit problème avec le serveur. Impossible de mettre les photos directement.. O.o

Edit de Novi62_fils : Tu avais oublié les balises
avatar
Sokolov
Fondateur et administrateur [REM]
Fondateur et administrateur [REM]

Nombre d'obus tirés : 841
Date d'inscription : 07/12/2013
Age : 26
Localisation : Région de Paris, France

Jeu vidéo préféré : War Thunder

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par Sokolov le Mer 8 Avr - 23:55

Super ton article, précis et bien documenté!! :)


________________________________________________________________________________



- [REM] Sokolov -
Bureau de commandement, membre fondateur
 _ _ _
avatar
Atr45
Membre [REM]
Membre [REM]

Nombre d'obus tirés : 255
Date d'inscription : 09/03/2015
Localisation : En train de somnoler sous l'aile d'un Tempest

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par Atr45 le Ven 10 Avr - 14:20

Désolé Novi :P et merci de l'insertion des images à la place des liens ¨:P par contre je pense pas faire la suite avant assez longtemps (deux semaines, peut être plus).. j'ai pas mal d'examen actuellement, et pas encore de vacances... de plus, le garagiste m'a annoncé que la facture de la voiture sera plus salée que précédemment, car en plus de devoir changer le pare choc et l'aile arrière, selon lui a portière arrière droite se serai tordue et rentrerai plus parfaitement dans son emplacement (absorption du choc), et quelques autres problèmes... bref il faut faire passer l'expert, et pas sur que l'assurance veuille prendre en charge les frais.. je suis pas en faute, mais la voiture à 17 ans et les couts de réparations risquent d'être largement supérieur au pris réel de la voiture à l'Argus... En revanche, racheter une voiture du même gabarit couterai dans les trente milles euros...

ok j'arrête de raconter ma life sur le forum :P
avatar
novi62_fils
Officier [REM]
Officier [REM]

Nombre d'obus tirés : 767
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Pas-de-Calais

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par novi62_fils le Ven 10 Avr - 20:03

Bonne chance pour ta voiture, mais un bon conseil, la prochaine fois, achète un panzer
avatar
MrSuicideBunny
Officier [REM]
Officier [REM]

Nombre d'obus tirés : 567
Date d'inscription : 27/05/2014
Age : 19
Localisation : Sous l'aile de mon 109, me reposant...

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par MrSuicideBunny le Ven 10 Avr - 21:27

T'a quoi comme voiture ? o_o


________________________________________________________________________________


"L'objet de la guerre n'est pas de faire mourir les lapins pour son pays, mais de faire en sorte que les salauds de lapins d'en face meurent pour le leur !..."

George S. Patton
avatar
beckert
Membre [REM]
Membre [REM]

Nombre d'obus tirés : 318
Date d'inscription : 10/07/2014
Age : 20
Localisation : dans un chars en tant que mécanicien

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par beckert le Sam 11 Avr - 19:26

Franchement super! sympas comme article les petite bataille dans l'ombre sont les meilleurs et la précision est superbe. Merci et bonne chance pour tes problème de voiture.
avatar
Atr45
Membre [REM]
Membre [REM]

Nombre d'obus tirés : 255
Date d'inscription : 09/03/2015
Localisation : En train de somnoler sous l'aile d'un Tempest

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par Atr45 le Lun 13 Avr - 22:31

Je roule en Citroën Xantia break, 1.8L 16V ;) et pour la voiture, c'est un peu (bcp) plus compliqué que on ne le pensais au début, parce que le longeron gauche est touché… :/ En clair, pour ceux qui connaissent la voiture, l'ensemble de l'aile arrière gauche a pivoté de quelques dixièmes de degrés.. le pot d'échappement ainsi que le longeron sont touchés… l'aile est également tordue, car c'est elle qui a absorbée le choc.. donc bref.. on est pas sorti de l'auberge :) et oui je pense que un panzer aurai été utile :P surtout pour tirer au canon sur les voitures de devant, afin de ne pas rester coincé dans les bouchons :P
avatar
beckert
Membre [REM]
Membre [REM]

Nombre d'obus tirés : 318
Date d'inscription : 10/07/2014
Age : 20
Localisation : dans un chars en tant que mécanicien

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par beckert le Mar 14 Avr - 9:05

Xantia hehehe elles se font de plus en plus rare effectivement. mais de bonne voiture et bien équipé même pour notre temps.
avatar
fr_Jagdmeister
Fondateur et administrateur [REM]
Fondateur et administrateur [REM]

Nombre d'obus tirés : 1614
Date d'inscription : 01/12/2013
Age : 25
Localisation : Région de Luxembourg

Jeu vidéo préféré : Iron Front: Liberation 1944

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par fr_Jagdmeister le Mar 14 Avr - 19:22

Surtout increvables ^^
avatar
Atr45
Membre [REM]
Membre [REM]

Nombre d'obus tirés : 255
Date d'inscription : 09/03/2015
Localisation : En train de somnoler sous l'aile d'un Tempest

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par Atr45 le Dim 7 Aoû - 19:54

je suis en train de mettre à jour le texte, avec des documents que j'ai trouvé et qui relatent avec beaucoup plus de précision la bataille ;) la sortie finale est pour bientôt ;)
avatar
novi62_fils
Officier [REM]
Officier [REM]

Nombre d'obus tirés : 767
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Pas-de-Calais

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par novi62_fils le Lun 8 Aoû - 0:31

Ah, le retour de cet article très intéressant, j'ai hâte !
avatar
Atr45
Membre [REM]
Membre [REM]

Nombre d'obus tirés : 255
Date d'inscription : 09/03/2015
Localisation : En train de somnoler sous l'aile d'un Tempest

Re: Les premiers coups de feu de la WWII c'était...

Message par Atr45 le Mar 9 Aoû - 15:08

voilà, c'est fait ;) j'ai rajouté pas mal de précision ainsi que quelques photos ;) bonne lecture :D

    La date/heure actuelle est Dim 20 Aoû - 19:26